Bibliothèque Paul Eluard


Mercredi :
10h - 12h et 15h - 18h

Jeudi :
15h-18h

Vendredi :
15h – 18h

Samedi :
15h – 18h

Dimanche :
10h – 12h

Juillet-Août :
le mercredi et le samedi de 15h à 18h

32 avenue des Plantes
44800 Saint-Herblain

02 40 40 51 41

RECHERCHE CATALOGUE

Café Littéraire

Sélection de livres pour Paul Eluard transmise  par la lectrice/adhérente Nicole B, à l 'occasion du café littéraire  prévu pour le 24 mars 2020.

En savoir plus
Partager "Liste proposée par Nicole B pour le 24 mars 2020" sur facebookPartager "Liste proposée par Nicole B pour le 24 mars 2020" sur twitterLien permanent

jeudi 22 mars 2012 à 00:00
Compte-rendu

 

Présents : 24

Excusés et/ou Procurations : 34

 

Le Président, Jean-Jacques Dejenne, remercie les participants de leur présence nombreuse et rend compte du nombre élevé d’adhérents ayant transmis leurs excuses ou fait parvenir les procurations envoyées en même temps que la convocation à cette AG.

L’art. 15 des statuts de la bibliothèque rappelle que l’AG doit se tenir au cours du premier trimestre de l’année en cours ; cette année, la date est proche de celle du 8 mars qui est la date de la Journée internationale des droits des femmes et l’exposition de peinture « Quelques Elles » est là pour nous le rappeler, au grand plaisir des animateurs de la bibliothèque et des nombreux visiteurs qui passent et en profitent pour faire connaissance avec le lieu ; il remercie Mme Violin, l’une de deux exposantes, de sa présence active.

 

Le Président salue la présence de Marguerite Le Merdy qui fut présidente de la bibliothèque durant 19 années(de 1986 à 2005) et qui revient habiter Nantes ; aussi il lui proposera, si l’AG donne son accord, de se porter candidate au CA, si elle l’accepte, bien sûr.

Cette soirée ne pouvait que débuter en informant l’assistance sur l’état de santé de Roger Corpard, un des fondateurs de la bibliothèque, victime d’un accident vasculaire cérébral, il y a exactement 2 mois aujourd’hui et toujours hospitalisé; tous lui souhaitent, par l’intermédiaire de Jeannette, son épouse, de récupérer vite les capacités qui viennent chez lui d’être touchées.

 

Ordre du jour : Les rapports moral, d’activité, d’orientation et financier ; le renouvellement des membres du CA ; les questions diverses

 

Rapport moral 

 

Gestion: bibliothèque associative gérée uniquement par des bénévoles depuis sa création en 1953, suite à la « Bataille du livre » menée au plan national, en particulier, par Elsa Triolet, et qui a conduit, à Nantes, à sa création ; ceci explique que la bibliothèque ait reçu une invitation pour une conférence donnée par Marie-Thérèse Eychart, reçue par l’HUMA-Kfé, au Lieu Unique, le 6 avril, sur le thème « Actualité d’Elsa Triolet » ; ( M.-T. Eychart est maître de conférence honoraire à l’Université de Lille, conseillère du 10ème arrondissement de Paris, adjointe au maire, chargée de la Petite enfance, des Droits de l’Homme et de la lutte contre les discriminations).

Ouverte toute l’année – y compris pendant les vacances et les grandes vacances d’été, elle l’est aussi, le dimanche matin. En terme d’emplois salariés, l’évaluation des heures passées à l’animation par les bénévoles est équivalente à 2 temps pleins.

 

Conformément à l’art. 2 des statuts, la bibliothèque a pour vocation de faire connaître, au plus grand nombre, les grands auteurs classiques et contemporains du monde entier, dans un esprit qualifié de progressiste, c’est-à-dire, gagner ce qui fut appelé, en son temps, la Bataille du Livre lancée par des écrivains telle Elsa Triolet et qui visait à faire de la lecture une activité culturelle dont les milieux défavorisés, les plus modestes entre autres, puissent s’emparer et s’enrichir. C’était alors le contexte de la Guerre froide où la lutte idéologique était rude, prégnante et où les certitudes s’affirmaient haut et fort.

Aujourd’hui, tout en tenant compte des besoins élargis de loisirs, de détente, d’information et de formation du public, elle veut continuer d’être un lieu de découverte et de convivialité et elle poursuit son activité originelle d’expositions au rythme assez soutenu de 5 ou 6 par an; expositions accompagnées de vernissages, causeries ou conférences suivis du traditionnel verre de l’amitié ; à côté de cela, doivent être prises en compte les mini-expositions littéraires au gré des événements suscités par l’actualité.(en ce moment : Yves Cosson qui vient de disparaître, Georges Perec dont on commémore le 30ème anniversaire de la disparition. L’an passé, on se souvient peut-être, des évocations de G. Semprun, ou de Blaise Cendrars).

 

La politique d’acquisition des livres se fait au sein du Comité de lecture qui, réuni mensuellement, se montre soucieux de la pluralité des opinions de chacun de ses membres et des choix exprimés par les adhérents ; un équilibre est respecté entre l’acquisition des romans (moitié littérature française et moitié littérature étrangère) et des ouvrages de documentation ; ces derniers sont acquis dans un souci de respect pluraliste des opinions ; un effort est fait pour tenir compte des évolutions de la société, de ses interrogations, de ses contradictions ; en particulier, la bibliothèque est sensible aux questions sociales et sociétales, aux questions économiques et environnementales, aux questions géopolitiques.

 

Agenda21, Développement durable: dans les produits divers qu’elle est amenée à consommer, la bibliothèque achète des produits du commerce équitable pour les réceptions, vernissages et pauses-café, des produits « bio » ou recyclables (savon, détergents, papier-machine en magasin de proximité). Impliquée autant que faire se peut dans le développement durable, la bibliothèque a anticipé sur Nantes et la Région des Pays de la Loire qui, depuis novembre 2009 ont reçu les titre de Territoires de Commerce équitable (TdCE) ; peut-être avons-nous, très modestement, contribué à ce que Saint-Herblain décroche ce titre en novembre dernier, prix officiellement remis le 22 mai 2012, pendant la Quinzaine du commerce équitable.

 

Toutes les fenêtres avaient été changées, un panneau apposé sur le mur rue de Bellevue, le plafond remis à neuf à l’entrée; l’an passé. Se pose toutefois, encore, le problème de la visibilité extérieure de la bibliothèque, or beaucoup de gens viennent dans le quartier (magasin Chlorophylle) sans remarquer sa présence.

 

Cette année, en avril, il a été procédé à la mise sous alarme de la bibliothèque et, récemment, la tourelle d’extraction qui assure la ventilation dans les rayons des livres, remise en route. L’internet est arrivé, en juillet dernier, avec l’annonce d’une probable informatisation du fonds des ouvrages ; aujourd’hui, nous avons une adresse électronique. Quelques soucis, cependant : les coupures de chauffage, vite réparées par le service des bâtiments de Saint-Herblain ; les persiennes métalliques difficiles à ouvrir et le carrelage qui commence à se craqueler en certains endroits, mais surtout les infiltrations d’eau au-dessus de la porte d’entrée, récurrentes, dès lors qu’il pleut abondamment.

 

Mutualisation et dons : la MJC de la Bouvardière nous aide pour disposer de chaises en quantité suffisante quand cela est nécessaire; Souvent, des livres nous sont donnés ; ils font l’objet d’un tri qui conduit soit à les garder car ils sont jugés de qualité ou aptes à remplacer des livres abîmés, soit à les donner à recycler ou même à les vendre (avec l’autorisation des donateurs). Un important don de livres en russe a été fait, cette année.

 

Nous avons proposé le local pour la réunion du jury de poésie de la Société académique de Nantes, ainsi qu’au groupe de lecture du Secours populaire de St-Herblain.

 

Lectorat : L’observation faite par les bibliothèques, en général, est le fléchissement constaté pour les adhésions chez les plus de 60 ans ; or notre lectorat comporte un taux de retraités dépassant un peu les 50% ; ceci est dû à la fidélité que continuent à témoigner des adhérents qui ont découvert la bibliothèque il y a longtemps et qui y trouvent leur satisfaction. La crise que nous traversons se traduit, dit-on, par une remontée de la fréquentation des bibliothèques. Bien que payante (comme à Nantes), nous observons une augmentation sensible de nos adhérents (plus de 120 familles, à ce jour).

Nous nous orientons vers l’acquisition systématique de livres à gros caractères, suite à plusieurs demandes et nous portons à domicile les livres que les personnes privés d’autonomie ou passagèrement souffrantes ne peuvent venir chercher.

Les BDA sont peu demandées contrairement aux romans policiers . Nous n’avons ni audio-livres, ni DVD ; des K7 sont souvent données, mais avons-nous l’autorisation de les prêter ?

 

Rapport d’activité 

 

Une équipe soudée et active assure le fonctionnement permanent du lieu. On peut compter sur une quinzaine de bénévoles prêts à donner de leur temps.

Les permanences, essentielles au bon fonctionnement de la bibliothèque, sont assurées, en priorité, par Françoise, Hélène, Monique, Raymond, Emile et Jean-Claude (le dimanche matin avec, en plus, un bon coup de balai passé dans le local) ; on peut compter sur Raymond et Monique pendant les vacances et, aussi, sur Jeannine Drezen, et Jean-Paul; d’autres aussi sont susceptibles d’être disponibles.

 

Le Comité de lecture fonctionne souvent avec cinq membres : Mayette, Françoise, Régis, Hélène et Jean-Jacques. Mayette effectue un gros travail de préparation, passe les commandes, et, avec Françoise, répertorie, enregistre les nouvelles acquisitions de livres. En particulier, le tri des livres donnés, la saisie, l’établissement des fiches représentent un travail permanent et rigoureux de toutes deux pour pallier l’absence d’informatisation attendue : heureusement, la situation devrait changer dans quelques mois. La couverture des livres et revues (leur réparation, aussi, quand elle est réalisable) est effectuée par Claudie avec un soin extrême qui fait l’admiration de tous. Sandrine s’occupe, en particulier, des livres pour enfants.

Jean-Paul prend les photos lors des vernissages ou réceptions, élabore les affiches et invitations et assure la communication.

 

L’an dernier, nous avions reçu un précieux soutien en la personne de J.-Paul Caboret et en la personne de Corinne Rot ; à eux deux, par leurs initiatives audacieuses, ils ont remis de l’ordre dans les rayons des « polars » (élimination des vieux volumes, sauvegarde des meilleurs ouvrages, classement par auteur et par genre…) et ils ont rendu le lieu plus agréable.

 

Les expositions : Leur liste est donnée dans le fascicule distribué. On en dénombre 7, cette année, et 7 vernissages et/ou conférences. Il n’y eu qu’un seul bulletin élaboré par nos soins: l’indépendance d’Haïti (réalisé par Emile). Les mini-expositions sont devenues rituelles et ont un caractère pédagogique (Françoise et Mayette s’en chargent).

 

 

Rapport d’orientation 

 

Nos expositions à venir débuteront par une exposition photos d’Amélie Ruph (que beaucoup connaissent ici) et qui portera sur l’Anatolie.

 

Mais l’important cette année est centré sur le projet d’informatisation de la bibliothèque qui se matérialise. Ce projet qui remonte à la rentrée 2008 était resté au point mort depuis 14 mois, lors de l’AG de mars 2011. A cette date, la rencontre annoncée entre Nantes et Saint-Herblain, au cours de laquelle la question devait être évoquée, s’est tenue. Elle aboutissait à une décision du Conseil municipal de Nantes, en juillet, d’apporter la somme de 1500 € et, au vote du Conseil municipal de Saint-Herblain du 16 décembre, d’officialiser la prise en compte du projet avec son mode de financement. L’année en cours a pour but essentiellement de réaliser le catalogage de plusieurs dizaines de milliers de livres, au rythme de 6 heures par semaine, pendant 36 semaines ; dès le 3 janvier un groupe de 4 ou 5 bénévoles s’est lancé dans cette tâche de grande ampleur, avec l’aide d’une professionnelle de PROXIENCE ; ce catalogage nécessite d’aller bien au-delà de ces 6 heures hebdomadaires et amène les bénévoles qui s’y sentent impliqués à consacrer de nombreuses heures soit dans le local soit chez eux dès lors qu’ils disposent d’un ordinateur propre.

Un point d’étape a été fait avec la direction des affaires culturelles, à La Maison des arts, le 21 février, et un autre doit avoir lieu à la bibliothèque Paul Eluard, le 12 juin ; enfin une séance inaugurale semble espérée, avec début du fonctionnement informatisé de la bibliothèque pour la fin de 2012 : cette hypothèse paraît bien idéalisée eu égard à l’énormité du travail à fournir, malgré l’ambiance que l’on peut qualifier d’enthousiaste qui préside les initiatives.

 

Rapport financier

 

Jeannine Rousseau avait remplacé, en cours d’année, E. Meyer qui s’est éloignée de Nantes. Un « tuilage » avait été réalisé avec Jeannine Drezen, pendant plusieurs mois. C’est elle qui, maintenant, a la responsabilité totale de la trésorerie.

 

Les personnes présentes peuvent lire les chiffres qui leur sont remis sur le compte de résultat du bulletin.

 

Une commission de vérification des comptes s’est tenue le 19 mars, au local. Elle a constaté la bonne tenue des comptes, la régularité des écritures et la matérialité des existants ainsi que la concordance entre les pièces comptables et les livres. Elle propose à l’AG de donner quitus à la trésorière, Jeannine Rousseau.

 

Lecture du projet de budget de fonctionnement 2012.

 

Le budget exceptionnel dédié à l’informatisation de la bibliothèque (voir la pièce jointe).

 

Votes exprimés après la mise en discussion des rapports :

 

  1. question sur le caractère onéreux d’une revue (La Pensée); c’est une revue qui aborde des sujets de société ou de politique, à laquelle nous sommes abonnés depuis très longtemps, mais qui, comme d’autre revues, mériteraient qu’elles soient davantage mises en évidence. La question souligne l’exigence d’une attention plus soutenue à cet égard.

  2. question sur l’historique de la bibliothèque ; on connaît Roger Corpard, on voit l’embryon de la bibliothèque que fut cette petite armoire verte cachée discrètement derrière une plante verte ; on mettra à la disposition des adhérents un historique écrit par Emile Chesnais, en 2003.

 

Tous les rapports sont votés, à l’unanimité.

 

ELECTIONS au CONSEIL d’ADMINISTRATION

 

Il y a 4 sortants susceptibles de voir leur mandat renouvelé pour 3 ans ; ce sont, Mayette (Marie-Henriette Souffran), Emile Chesnais, Jean-Paul Martel et Régis Antoine.

Mayette ne souhaite pas se représenter ; Emile, Jean-Paul et Régis acceptent.

 

Raymond Le Goff qui s’est fortement investi dans l’animation de la bibliothèque, et, ce, depuis bien longtemps, est sollicité pour entrer au CA (l’heure de réunion sera même avancée, s’il le veut). Son refus définitif conduit à solliciter à nouveau Marguerite Le Merdy, qui acceptera.

 

Les candidatures sont soumises à l’assemblée qui vote, à l’unanimité des présents, pour les 4 candidats proposés.

 

Mayette, qui continuera à diriger le comité de lecture avec sa solide expérience, est remerciée pour tout le travail bénévole qu’elle a accompli au sein de la bibliothèque.

 

Emile Chesnais propose à l’AG qu’une modification des statuts fasse l’objet d’une AG mixte en mars 2013 portant sur l’art. 7 qui fait état du nombre d’administrateurs, membres de droit ; il deviendrait « est de quinze dont trois membres de droit ». On serait amené à supprimer : « sauf renonciation » et « les neuf autres ».

Cette proposition est acceptée par tous.

 

L’ordre du jour étant épuisé, la séance est levée à 19 h 45 et elle est suivie du verre de l’amitié.

 

 

 

Le Président,

Jean-Jacques Dejenne

 

Ajouter au calendrier
Partager "Assemblée générale du 22 mars 2012 : compte-rendu" sur facebookPartager "Assemblée générale du 22 mars 2012 : compte-rendu" sur twitterLien permanent
RetourHaut